Terre d’oiseaux

15 juin 2013 •


Notre balade nous a conduit dans le nord du département, à Saint Ciers sur Gironde Braud et Saint Louis, Blaye et Saint Martin Lacaussade.
Le rendez-vous était fixé à Saint Ciers, c’est en convoi que nous avons suivi le canal rectiligne de Saint Louis /Saint Simon et sommes arrivés à destination au port des Calonges, au bord de l’estuaire.
C’est accompagnés par une guide naturaliste que nous avons entamé la visite du parc ornithologique de Terres d’oiseaux. Merci à notre guide compétente et patiente qui a su nous faire découvrir les richesses du lieu.
Quelques mots sur ce site qui couvre une superficie de 122 ha dans les marais du Blayais situés sur la rive droite de l’estuaire dont 50 ha d’une roselière et 6 ha en accès libre et gratuit.
Le projet d’assèchement du marais a été formulé dès 1630 par Claude de Rouvroy, duc de Saint Simon, gouverneur de Blaye avec l’accord de Louis XIII. Le but était d’assécher partiellement et de canaliser ce marécage grâce aux techniques utilisées en Hollande, pour le rendre à l’agriculture locale.
Ce parc est aménagé pour accueillir les oiseaux voyageurs qui trouvent ici une halte sur leur route migratoire, mais on rencontre aussi une faune sédentaire, sauvage et domestique.
En effet le Conservatoire des races d’Aquitaine a confié des moutons landais qui remplacent avantageusement les engins à moteur pour la tonte, des vaches bordelaises et des poneys Barthais (provenant des berges de l’Adour).Leur nombre se raréfiait et ces espèces étaient menacées, maintenant ils se reproduisent sur ce site situé en zone humide et participent aussi à la gestion écologique du lieu.
Les daims ont aussi élu domicile dans ce lieu privilégié éloigné des zones de chasse. De même, Terres d’oiseaux est un site pilote pour la sauvegarde de la population d’anguilles qui était menacée.
Les lagunes, les tourbières, la roselière et les prairies laissées en friche, offrent un habitat et une nourriture très diversifiés qui conviennent à tous types de migrants ou de sédentaires. 125 espèces d’oiseaux ont été recensées présentes sur ce site en 2011.
Depuis l’observatoire juché à 10m de haut, nous avons pu observer une variété d’oiseaux allant du canard colvert en passant par l’aigrette garzette et la cigogne qui se reproduit ici, (98 cigogneaux sont nés en 2011) ainsi que tadorne ou héron cendré et bien d’autres…
A midi La Guinguette nous attendait et sitôt le repas terminé nous sommes partis vers Blaye où nous devions embarquer sur Les deux rives pour une promenade commentée et très agréable sur l’estuaire.
Un petit tour dans la ville, nous a permis de voir les ruines de l’ancienne abbaye Saint Romain dans la crypte de laquelle reposait la dépouille de Saint Romain, évangélisateur du Blayais, avant son transfert à Saint Denis au Moyen Age.
Avec un arrêt à l’église de Saint Martin Lacaussade, située sur le chemin des pèlerinages à Saint Jacques de Compostelle, nous avons vu de très près les chapiteaux du portail à 1m du sol, car cet édifice a été « enfoui » partiellement par les rehaussements
successifs de la route, nous n’avons pu y pénétrer car la porte était close. Le clocher tour du XIe domine l’édifice.